Partagez | 
 

 Je sais… vous savez. Nous savons. On est d’accord. J’ai saisi le concept. [Perséphone & Hadès]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
JUST SPARED
avatar

Messages : 630
Date d'inscription : 19/12/2015
Célébrité : Eva Green
Crédits : Bazzart
Une petite photo :
Véritable identité : Perséphone & La Muerte
Encore des histoires :
Plus jeune, j'étais tellement jolie que je me suis faite enlever par Hadès pour faire de moi sa reine. Alors j'ai cherché un moyen de m'échapper et je suis partie. Je ne voulais pas le quitter mais.... Je ne suis pas faite pour rester en cage.

Le Mexique ! C'est de la joie, de la danse et du chant ! De la bonne humeur et des humains qui sont aussi heureux de vivre que de mourir ! C'est là bas que j'ai aidé Manolo à conquérir le coeur de la belle Maria.


MessageSujet: Je sais… vous savez. Nous savons. On est d’accord. J’ai saisi le concept. [Perséphone & Hadès]   Dim 17 Jan - 1:17

Je sais… vous savez. Nous savons. On est d’accord. J’ai saisi le concept.
Jean Rostand ▽ Je n'ai pas encore assez oublié pour avoir des souvenirs.
La dernière fois que j'avais vu Hadès ? C'était la fois où il avait fait disparaitre mon baton avant de m'expliquer ô combien il est innocent avant de s'en aller et bien si vous voulez tout savoir, je ne l'ai pas retenu parce qu'à moi on ne me la fait pas. Bien sûr qu'il n'allait pas me dire que c'est lui qui m'a envoyé ici. Vous voulez savoir ce que je crois ? Je crois qu'il m'a enlevé quand j'étais jeune, je me suis enfuis, il est devenu furieux, il m'a cherché et m'a emmené ici pour avoir une chance de me reconquérir sans que j'ai mes souvenirs ! Et ouais. En fait, ce n'est qu'un menteur et il est dangereux ! Je le sais. Comment je le sais, grâce à Silas ! Il m'a trouvé perdue dans la forêt alors que j'essayais de rentrer à Storubrooke, il m'a demandé où est ce que je vivais et je lui ai dit chez Granny, ce à quoi il a répondu :

- Tut tut tut, un petit chaton comme toi ne devrait pas dormir dans ce trou à rat. Tu peux venir chez moi si tu veux, j'habite en plein centre ville au cas où tu déciderais de t'en aller et j'ai suffisamment de place pour deux.

Au début j'avais accepté juste pour passer la nuit mais je dois admettre que je me suis plus à vivre chez lui. Il m'apporte le petit déjeuné au lit, je peux prendre des bains, il a refait entièrement ma garde robe, il couvre de mots doux en me disant que je suis belle et qu'il a de la chance d'avoir une fleur aussi jolie chez lui. Il s'en va travailler et moi je suis libre de faire ce que je veux ! Il me laisse même de l'argent, j'ai pu aller chez GRanny et prendre ce que je veux pour une fois. Ca c'est la vie que j'aurais aimé vivre ! Mais je me souviens d'un soir, il a été étrange avec moi.

" - Comment est ce que tu savais que Hadès m'avait trahi ?

Il s'est arrêté de lire le journal et m'a regardé surpris.

- Je te demande pardon ?

Un peu honte, je n'avais pas voulu insister mais je me suis dis que c'était trop tard pour reculer.

- Le jour de notre rencontre, tu m'as fait signaler que celui qui m'a fait pleurer était également celui qui m'avait trahi mais je ne t'ai jamais dis qu'il m'avait trahi....

Il a froncé les sourcils et s'est levé d'un bon en me regardant droit dans les yeux de sa taille imposante, je me suis sentie si petite et si vulnérable.

- Tu m'accuses de mentir ?

Rien qu'avec ces mots, il m'avait glacé le sang. Jamais Hadès ne m'avait fait peur et pourtant Silas m'avait donné la chair de poule, je ne voulais plus jamais ressentir ca. Aussi, j'ai fait tout ce qui était en mon pouvoir pour le satisfaire. "


Je ne voulais plus être confrontée à ces beaux yeux noirs emplis de fermeté. Est ce qu'il serait capable de me faire du mal ? Oui j'en suis sûre, aussi sûre que je savais qu'Hadès ne me ferait jamais rien. Est ce que je ne devrais pas rester avec Silas ? Sans doute... Mais je n'avais nul part où aller et à part cette petite mésaventure, il ne m'a jamais rien fait. Au contraire, il a toujours été doux avec moi, me caressant doucement la joue quand il rentre, il passe sa main dans mes cheveux avant de dormir. Il est très gentil et c'est lui qui m'a fait remarquer tout ca sur Hadès, il m'a dit "Je pense que cet homme essaye de te manipuler pour t'avoir que pour lui. C'est un maniaque psychopathe qui peut se montrer dangereux. Ne reste jamais seule avec lui et surtout, ne croit pas à ses mensonges, il va essayer de t'amadouer par la carte de la gentillesse puis quand il t'aura, il te fera plus de mal que tu n'en auras jamais connu. Il est dangereux Perséphone, il n'a pas été désigné Dieu des Morts, seulement par hasard. Il faut avoir un cœur aussi noir que les ténèbres pour occuper un poste pareil et tu penses que dans son cœur il y aurait de la place pour quelque chose d'aussi beau que l'amour ? Ca m'étonnerait."

Et encore une fois, il avait raison. Je ne me laisserais plus jamais avoir par ce Hadrian quelque chose, peut importe son nom en fait. Il ne fera plus jamais parti de ma vie.
Aujourd'hui, je vais simplement faire quelques courses pour moi et pour l'homme qui prend soin de moi dans ce monde de brut. Je descend les marches de chez Silas et ouvre la porte de l'immeuble qui nous mène dans le monde extérieur. La vie a déjà commencé à cette heure ci et Storybrooke est en pleine activité. Silas s'en va en déposant un long baiser sur le coin de mes lèvres alors que je souris d'une oreille à l'autre. Je le regarde s'en aller dans une direction, alors que je prends celle totalement opposée. Je vais simplement flanée sur la place du village en espérant trouver des sucreries pour mon ange gardien.
(c) AMIANTE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SOME ACCUSED
avatar

Messages : 654
Date d'inscription : 30/11/2015
Célébrité : Luke Evans
Crédits : Blondie (avatar) - Lizzou (signature)
Une petite photo :
Véritable identité : Hadès

MessageSujet: Re: Je sais… vous savez. Nous savons. On est d’accord. J’ai saisi le concept. [Perséphone & Hadès]   Dim 17 Jan - 2:27

Dark Hadès - Part 1 × ft. Perséphone De LaMuerte
Cela faisait des semaines que je n'étais plus descendu à Storybrooke. J'en avais presque oublié la sensation d'être Hadrian Hellart. Cela faisait des semaines que je ne faisais plus rien. J'avais refilé l'administration et l'organisation du monde céleste à mon neveu Arès. C'est bien le seul motivé dans tout le palais. Peine et Panique sont là, me servent bien et me demandent tous les jours de me ressaisir. À quoi bon ? Perséphone m'a une nouvelle fois tournée le dos, trompée par une vision faussée. Que faire ? Je cherche, je n'arrête pas. Qui peut bien me vouloir du mal ? Tout le monde !! Mon frère Poséidon, mes neveux et nièces Apollon, Artémis ou encore Athéna. Il y a aussi Hercule mais je doute qu'il ait acquis ce pouvoir. Peine et Panique ne peuvent faire cela, ils l'adorent. Surtout Panique.

- Maître, reprenez-vous. Redescendez à Storybrooke et retrouvez là ! Elle ne peut quand même croire qu'un homme qui a été doux avec elle soit un horrible monstre à cause d'une vision ?

- Panique... Panique... Panique... DÉGAGE !!!!!! TROUVE-MOI DES INDICES AU LIEU DE ME DÉBITER DES CONNERIES !!! C'EST CLAIIIIIIR ?

Le pauvre... Il disparut. Ce fut alors Peine qui apparut. Purée, quand ce n'est pas l'un, c'est l'autre. ils vont me saouler de jour en jour. Il esquissait un petit sourire. Qu'est-ce qu'il voulait ? Qu'est-ce qu'il avait ? J'en avais marre.

- Votre horreur... Je crois que j'ai un indice concernant l'affaire des souvenirs de Perséphone.

- QUOI ?

Je me lève d'un bond, saisit Peine par le col et le colle au mur.

- Parle, vermine !! Dis-moi tout ce que tu sais !

Peine se lança dans un long monologue incompréhensible. Bon, peut-être que le fait qu'il ne puisse pas trop respirer joue un peu. Je le relâche. Il parle de plus belle. Il parle à propos de deux entités, de la fête des morts. Je pige que dal à ce qu'il raconte, le vermisseau. Je me demande pourquoi je les ai créé, ces cons. Puis, le silence. L'idiot s'est arrêté de parler. Il me fait signe qu'il a un nom mais qu'il ne peut le dire que silencieusement. Je me penche donc à sa hauteur pour qu'il puisse de me le dire dans l'oreille. QUOIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII ? Ne me dîtes pas que c'est vrai ! Pas lui ! PAS LUII ! Peine se prend une grosse torlogne dans la tronche et disparaît. Je vais le décimer, l'écarteler, le trucider, le trouer, le brûler, le dépecer. Il va souffrir comme jamais il a souffert ! Il saura ce que ça fait de mourir à petit feu ! Bon allez, je me calme. Je suis serein. On va se détendre. On revêt un joli costume, dee belles chaussures et c'est parti. Storybrooke me voilà.

Quelques minutes plus tard, j'apparais sur la place au centre ville. Elle est pas loin. Elle est là. Je la vois. Elle est de dos. Elle ne me voit pas. Comment procéder ? Puis-je vraiment l'interpeller ? Je suis sur le point de lui tapoter l'épaule.

- Per...

Je disparais. Elle s'était retournée. Pourquoi j'avais disparu ? Une main me retenait. Je me retourne et... OH ESPÈCE D'IDIOT !!!!!!
code by lizzou × gifs by tumblr

________________________________

- I'm a god ! I will live forever ! -
× by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JUST SPARED
avatar

Messages : 630
Date d'inscription : 19/12/2015
Célébrité : Eva Green
Crédits : Bazzart
Une petite photo :
Véritable identité : Perséphone & La Muerte
Encore des histoires :
Plus jeune, j'étais tellement jolie que je me suis faite enlever par Hadès pour faire de moi sa reine. Alors j'ai cherché un moyen de m'échapper et je suis partie. Je ne voulais pas le quitter mais.... Je ne suis pas faite pour rester en cage.

Le Mexique ! C'est de la joie, de la danse et du chant ! De la bonne humeur et des humains qui sont aussi heureux de vivre que de mourir ! C'est là bas que j'ai aidé Manolo à conquérir le coeur de la belle Maria.


MessageSujet: Re: Je sais… vous savez. Nous savons. On est d’accord. J’ai saisi le concept. [Perséphone & Hadès]   Lun 18 Jan - 14:32

Je sais… vous savez. Nous savons. On est d’accord. J’ai saisi le concept.
Jean Rostand ▽ Je n'ai pas encore assez oublié pour avoir des souvenirs.
La journée s'annonçait magnifique. Pas un seul nuage à l'horizon, un ciel et un soleil éclatant. J'avais hâte de faire quelques courses puis de rentrer. Pour une fois, je pouvais marcher librement dans la rue sans que personne ne me lance de regard noir. Pourquoi ? Je ne sais pas. Est ce que les gens ont moins peur de moi depuis que je vis chez Silas ? Je ne comprends pas pourquoi, si j'en crois les dires, il serait arrivé à Storybrooke quasiment en même temps que moi. Ma fois, on se méfie peut être moins des beaux garçons que des belles femmes. Sans vouloir me vanter.

Dans les rues, tout le monde avait l'air de bonne humeur, on se lançait des signes de mains, on s'aidait à porter les courses ou à traverser. Des enfants courraient dans la rue en ce jour de congé des classes. Soudain, devant mes yeux, l'espace de quelques secondes, je vis des enfants avec des visages de squelettes jouer énergiquement derrière des fleurs qui tombent du ciel. Je secoue légèrement ma tête et la vision s'en alla. Elle avait l'air tellement réelle, l'espace d'un instant je me sentais bien avec ces enfants qui avaient l'air tellement heureux. Mais pourquoi semblaient-ils mort alors...

Je continue de marcher en espérant qu'une migraine ne pointera pas le bout de son nez et c'est là que je vois une boutique de bougies. Chouette, j'adore les bougies ! Je me presse donc, faisant voler jupe dans les airs dans soudain mon corps se fige, j'ai l'impression d'avoir vu un visage familier se refléter sur la façade de la boutique mais quand je me retourne il n'y a personne. Et... Je sais que ça parait insignifiant et que ça n'aurait pas du me bouleverser mais pourtant j'ai un froid glacial qui a parcouru toute ma colonne vertébral. Quelque chose venait d'arriver et j'avais peur. Seulement en entrant dans la boutique, je me suis rendue compte que ce n'était pas pour moi que j'avais peur mais pour une autre personne qui fait partie de moi.

- Bonjour ? Je peux vous aider ?

Je reviens dans le monde réel et souris à une petite femme qui sentait la cire. Je laisse mes yeux se promener sur les étagères à bougies avant de me reconcentrer sur elle et de lui dire :

- Je...Heu....Oui. Je voudrais des bougies à la vanille s'il vous plait, ce sont celles que je préfère.

Elle sourit et va donc chercher ma commande. Elle me rapporte de magnifiques bougies avec des motifs sculptés dans la cire. Sur l'une d'elle il y avait un crâne qui ressemblait à celui d'un des enfants de tout à l'heure, je me suis redressée comme une furie et je lui ai dis presque en l'agressant :

- Ce crâne ! Qu'est-ce qu'il signifie ?

De surprise, elle a fait un pas en arrière et m'a regardé de la tête aux pieds. J'avoue que j'ai du passer pour une hystérique mais il fallait que je sache. Aussi, voyant mon insistance, elle se décida à me répondre :

- Heu...Il...Il s'agit d'un crâne mexicain que l'on retrouve souvent dans leur culture. On peut en voir des centaines pendant la célébration de la fête des morts au Mexique.

Je fronce les sourcils, cette fois c'est sûr que j'allais avoir la migraine.

- On parle de science occulte ?

Elle sourit de mon ignorance avant d'ajouter :

- Non pas du tout ! C'est simplement une façon pour eux de célébrer la mémoire de leurs disparus mais également de faire preuve de générosité envers autrui, de partage et de solidarité. C'est une fête durant laquelle on rend hommage aussi bien à la vie qu'à la mort. C'est plus clair ?

Je lui affiche un sourire d'une oreille à l'autre. L'espace d'une seconde, une ampoule s'est allumée dans ma tête mais une onde noire et menaçante est venue l'éteindre. Mais ça ne fait rien, j'adore la fête des morts ! C'est une fête faite pour moi !

- Merci ! Je vais vous prendre les quatre bougies. Dites moi, les motifs sur la bougie, ils vont fondre ?

D'un haussement d'épaule elle répond :

- Bien sûr, mais rien n'est éternel. Mais d'ici à ce que ca arrive, vous aurez le temps d'en profiter.

Encore une fois, j'ai cru avoir un déclic mais non, je la regarde simplement et prend mon sachet pour me diriger vers la porte. Avant de partir elle me lance :

- Au fait, vous pourrez dire à Monsieur Ravensly que sa bougie à cire noire ne sera pas livrée avant une semaine.

Je fronce les sourcils. Une bougie à cire noire ? C'est plutôt glauque.

- Qu'est ce qu'il veut en faire ?

Elle parut étonnée :

- Aucune idée, je n'ai pas pour habitude de poser ce genre de question mais dans la mesure où vous vivez chez lui........... Je pensais que vous, vous le sauriez.

Le ton de sa voix ne m'a pas plus du tout. Moi qui pensez qu'elle était gentille et que tout en elle devait être gentil. Bhein je me suis bien trompée, elle a quelque chose de mauvais et ça se voit. Je le vois au plus profond de ses yeux. S'il y a bien quelque chose qu'on ne peut pas me cacher à moi, ce sont les fenêtre de l'âme. Je sais en regardant une personne, son degré de pureté et je vous garantie que cette femme a une tache sombre sur son âme. Peut être pas bien grosse, mais bien incrustée en tout cas.

Je m'en vais en quatrième vitesse et décide de retourner à la maison. Elle m'avait passé l'envie de faire mes courses.
(c) AMIANTE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SOME ACCUSED
avatar

Messages : 654
Date d'inscription : 30/11/2015
Célébrité : Luke Evans
Crédits : Blondie (avatar) - Lizzou (signature)
Une petite photo :
Véritable identité : Hadès

MessageSujet: Re: Je sais… vous savez. Nous savons. On est d’accord. J’ai saisi le concept. [Perséphone & Hadès]   Mer 20 Jan - 23:29

Dark Hadès - Part 2 × ft. Perséphone De LaMuerte
En fait, je ne suis jamais décidé les concernant. Est-ce que je les brûle ? Est-ce que je les jette dans le Styx ? Est-ce que je les bannis du monde céleste ? Je ne sais pas. Ils me font tellement tournés en bourrique que je ne sais plus quoi faire...

- Que me vaut le PLAISIR de cette interruption, espèce de MISÉRABLE VERMISSEAU ????

Panique sembla, comme son nom l'indiquait, en panique. Une mauvaise nouvelle ? Une bonne ? Ça dépend pour qui ? Oh mais au fait, on est où là ?

- Panique, dis-moi. Où tu nous as emmené là ? QUOI ? Mais qu'est-ce qu'on fout dans les... eurk... les toilettes publiques..

Le roi des Dieux en est donc arrivé là. Mais qu'est-ce que j'ai fait pour perdre ma Perséphone et me retrouver dans des toilettes avec pour seule compagnie Panique ? Je ne sais pas et depuis tous ces siècles, je ne me pose même plus la question. Je renvoie Panique dans les cieux après qu'il m'ait expliqué que j'étais surveillé. Alors comme ça, en plus de me voler mon amour, il m'espionne de près. Il est là. Je... Je le sens. Lui. Non ! NON ! C'est pas vrai !!!! Je remonte dans le monde céleste et regarde la carte des mondes. Je ne le trouve pas. Ah, tiens, Perséphone. Là voilà. Mais où va-t-elle ? Que fait-elle ici ? Il faut que j'y aille ! Allez, j'y vais. La seconde suivante, j'apparus derrière elle, au moment où elle arriva devant chez elle.

- Perséphone ?

code by lizzou × gifs by tumblr


Spoiler:
 

________________________________

- I'm a god ! I will live forever ! -
× by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JUST SPARED
avatar

Messages : 630
Date d'inscription : 19/12/2015
Célébrité : Eva Green
Crédits : Bazzart
Une petite photo :
Véritable identité : Perséphone & La Muerte
Encore des histoires :
Plus jeune, j'étais tellement jolie que je me suis faite enlever par Hadès pour faire de moi sa reine. Alors j'ai cherché un moyen de m'échapper et je suis partie. Je ne voulais pas le quitter mais.... Je ne suis pas faite pour rester en cage.

Le Mexique ! C'est de la joie, de la danse et du chant ! De la bonne humeur et des humains qui sont aussi heureux de vivre que de mourir ! C'est là bas que j'ai aidé Manolo à conquérir le coeur de la belle Maria.


MessageSujet: Re: Je sais… vous savez. Nous savons. On est d’accord. J’ai saisi le concept. [Perséphone & Hadès]   Mer 27 Jan - 11:48

Je sais… vous savez. Nous savons. On est d’accord. J’ai saisi le concept.
Jean Rostand ▽ Je n'ai pas encore assez oublié pour avoir des souvenirs.
J'étais presque arrivée à la maison. Je pouvais voir la porte de Silas depuis ma position. Mais soudain, du coin de l'oeil, une ombre familière. Non...Non non, ce n'est pas le moment, je n'ai envie de voir personne ! Trop tard. Une voix m'appelle. Je n'ai pas encore l'habitude de ce nouveau prénom mais j'ai clairement prit l'habitude de cette voix... Et je me serais retournée au son de cette voix dans n'importe quelle circonstance.

Je m'arrête net et me retourne lentement en espérant que d'ici là, la personne aura disparu mais non. Hadès se tient là devant moi, tout près de moi en fait, je pourrais le toucher en déployant le bras mais je ne le fis pas. Je le regarde simplement, mes cheveux en bataille d'avoir couru, les joues rouges et les yeux criant la panique et la perplexité.

- Vanille, nougat, caramel beurre salé !


Je ne savais pas quoi dire, alors j'ai dit la première chose qui me vient à l'esprit. Je pense que je suis très douée pour faire ca. Attention, je ne dis pas que c'est la meilleure chose à faire, ni que ca ne m'apporte que de bonne chose, mais parfois, quand on sait qu'il faut dire quelque chose mais que les mots ne viennent pas, dites simplement ce qui vous vient à l'esprit. En l'occurrence, il s'agit de mes parfums de glaces préférés que j'aurais bien mangé pour faire partir mon profond mal être. Mais je savais qu'avec l'arrivée d'Hadès-Porteur-De-Mauvaises-Nouvelles, je n'allais pas manger ma glace de si tôt. Et quand mon heure sera venue, je serais sans doute encore plus triste qu'avant.
(c) AMIANTE




Spoiler:
 


Dernière édition par Perséphone De LaMuerte le Dim 7 Fév - 16:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SOME ACCUSED
avatar

Messages : 654
Date d'inscription : 30/11/2015
Célébrité : Luke Evans
Crédits : Blondie (avatar) - Lizzou (signature)
Une petite photo :
Véritable identité : Hadès

MessageSujet: Re: Je sais… vous savez. Nous savons. On est d’accord. J’ai saisi le concept. [Perséphone & Hadès]   Jeu 4 Fév - 23:16

Dark Hadès - Part 3 × ft. Perséphone De LaMuerte
Ah.. elle est encore fâchée contre moi. Quoi de plus normal en sachant ce qu'elle pense que je lui ai fait. Seulement, ce n'est pas moi. Jamais je ne lui aurai fait. Dans quel but ? Quel intérêt ? Je ne sais pas. Il faut que je le trouve pour le savoir. Savoir si c'est bien lui qui me fait ça. En attendant, je dois convaincre Perséphone, la convaincre que je ne suis pas l'instigateur de son amnésie. Quoi ? Qu'est-ce qu'elle me chante là ? Vanille ? Nougat ? Caramel beurre salé ? Elle me fait quoi là ? Bref, je fais abstraction de ces mots sans importance et je dois reprendre le dessus dans cette affaire. Cette crapule ne me volera pas ma Perséphone une nouvelle fois.

- Perséphone, il faut qu'on parle. C'est urgent.

Je me stoppe littéralement en voyant l'arrière-plan. Perséphone s'est dégotée un appart' ? Hum, bizarre. Ça sent le traquenard. Il faut que j'en sache plus.

- Ça te dit qu'on parle autour d'un verre ? Je t'invite.

Il faut vraiment que je lui parle. Il faut absolument que je rétablisse la vérité. Quoique, après tout, j'aurai bien été capable de faire ça. Je suis Hadès, dieu des Enfers. Je suis un méchant. Je contrôle le monde céleste. Je suis puissant. Alors oui, ça aurait pu être moi. Seulement, je ne m'en souviens pas. Or, je me souviens de tout. Je me souviens d'elle me quittant. Je me souviens d'elle m'abandonnant et me laissant seul. J'ai peut-être fait de mauvaises choses mais elle a aussi ses torts et devra en répondre lorsqu'elle recouvrira ses souvenirs. Mais pour l'instant, il faut regagner sa confiance et ça, ça va prendre du temps.

Ailleurs. Dans un temps révolu. Les Enfers, cet effroyable demeure que Zeus m'a si gentiment refilé. J'étais seul... triste... déchu de certains de mes droits divins... Je l'observais déjà depuis longtemps. Cette jeune femme brune me tapa direct dans l'oeil. Il me la fallait. Absolument. C'est alors qu'un soir, je décidai de l'enlever. J'étais insouciant, inconscient à l'époque. Je l'ai forcé à venir dans les Enfers. Je l'ai obligé à m'épouser. Je l'ai obligé à devenir ma reine. Peine et Panique ne me suffisaient. Il me fallait une femme. Il me fallait cette femme. Au fil des années, des siècles, je tombais, malgré moi, de plus en plus amoureux de Perséphone et espérait que cela soit réciproque. Quelle ne fut pas ma surprise lorsque je lui annonçais vouloir une descendance. Elle n'a jamais voulu. Elle ne voudra jamais. Je me souviens également de la fois où elle partit. Panique l'avait aidé. Il l'aimait. Je ne pouvais lui en vouloir. Seulement, je me devais de le punir de l'avoir aidé. Elle m'a abandonné pour cet être de pacotille. Mon éternel rival.

Storybrooke. Présent. Elle reste statique. Il serait peut-être temps qu'elle parle là. Je m'impatiente. Je veux, j'ai besoin de lui parler. Ailleurs que devant la porte de chez elle qui ne m'inspire rien de bon. Bon si elle se décide pas, je l'obligerai !
code by lizzou × gifs by tumblr

________________________________

- I'm a god ! I will live forever ! -
× by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JUST SPARED
avatar

Messages : 630
Date d'inscription : 19/12/2015
Célébrité : Eva Green
Crédits : Bazzart
Une petite photo :
Véritable identité : Perséphone & La Muerte
Encore des histoires :
Plus jeune, j'étais tellement jolie que je me suis faite enlever par Hadès pour faire de moi sa reine. Alors j'ai cherché un moyen de m'échapper et je suis partie. Je ne voulais pas le quitter mais.... Je ne suis pas faite pour rester en cage.

Le Mexique ! C'est de la joie, de la danse et du chant ! De la bonne humeur et des humains qui sont aussi heureux de vivre que de mourir ! C'est là bas que j'ai aidé Manolo à conquérir le coeur de la belle Maria.


MessageSujet: Re: Je sais… vous savez. Nous savons. On est d’accord. J’ai saisi le concept. [Perséphone & Hadès]   Dim 7 Fév - 16:23

Je sais… vous savez. Nous savons. On est d’accord. J’ai saisi le concept.
Jean Rostand ▽ Je n'ai pas encore assez oublié pour avoir des souvenirs.
Sur le coup je me suis sentie comme une adolescente un peu à part face au garçon le plus beau de l'école. Je comprends mieux maintenant toutes ces séries qui passe dans la boite magique. J'ai serré un peu plus mes sacs de course à mesure que mon coeur se serrait un peu plus dans ma poitrine. Qu'on aille boire un verre ? Mon coeur qui criait oui ! A tel point que ca en était douloureux, mais je me suis entendue dire :

- Non, je peux m'offrir des verres maintenant. Et puis, je ne pense pas que ca soit une bonne idée. Depuis que je suis ici, je n'ai plus mal à la tête, on s'occupe bien de moi et... Et je recommence à être autonome. Je ne sais pas qui tu es et ca m'est égale, Silas dit que tu es un nuisible et je commence à croire qu'il a raison. Ta présence...elle...Elle me perturbe, je ne sais pas encore pourquoi mais je sais que ce n'est pas normal. Je ne ressens ca pour personne d'autre, alors le mieux serait peut être qu'on garde nos distances.

Je me suis retournée, prête à mettre la clé dans la serrure, quand tout à coup, je n'étais plus à Storybrooke. Tout était noir autour de moi et un froid glaciale m'a parcouru la colonne vertébrale avant de se transformer en chaleur intense qui m'a très vite mise en sueur. Avec le peu de courage qu'il me restait, je me suis retournée face à Hadès pour voir s'il était encore là et oui, il était là. Apparemment, il n'avait pas aimé que je lui refuse ce verre.

- Où....Où est-ce qu'on est ?


Cet endroit me donnait la chaire de poule et pourtant je n'avais pas si peur que ca. Je veux dire, normalement on vous prend et on vous met dans une grotte sombre et glauque, c'est le bout de votre vie ! Si en revanche on vous met dans la même grotte, mais que vous la connaissiez, elle ne vous ferait pas si peur même si vous ne vous sentirez pas forcément à l'aise ?! Bhein c'est ce que je ressentais ! C'est dur à expliquer et de toue manière je pense être dure à expliquer. Tant que je n'aurais pas ma mémoire, je suis une femme inutile à tout le monde.

- Tu m'as déjà emmené ici....


Ce n'étais pas vraiment une question, plus une affirmation. Enfin, je n'en suis pas sûre à cent pour cent et pourtant je ne croyais pas avoir tord. Au contraire, je me faisais même plutôt confiance de ce coté là.
(c) AMIANTE




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SOME ACCUSED
avatar

Messages : 654
Date d'inscription : 30/11/2015
Célébrité : Luke Evans
Crédits : Blondie (avatar) - Lizzou (signature)
Une petite photo :
Véritable identité : Hadès

MessageSujet: Re: Je sais… vous savez. Nous savons. On est d’accord. J’ai saisi le concept. [Perséphone & Hadès]   Ven 6 Mai - 10:27

Welcome back to the Underworld ! × ft. Perséphone De LaMuerte
Les Enfers. Mon royaume chéri. Il fallait agir. Elle devait se souvenir de moi. De Nous. Alors, c'est sûr, les Enfers ne sont pas très reluisants mais elle les a connu. On a vécu ici. J'ai essayé de lui faire une place. J'ai essayé d'oublier mon envie d'être avec elle afin d'être là pour elle. De combler ses désirs, ses envies, ses attentes. Ah ? Elle se souvient ? Peut-être. J'espère...

- Tu ne m'as pas laissé le choix. Il fallait que je te ramène ici. Pour t'aider à te souvenir. Et pour te dire que je ne lâcherai rien. Je ne veux pas être une nouvelle fois de plus abandonné par toi. Je ne le supporterai pas.

Je fis apparaître un siège pour qu'elle puisse s'asseoir. Comment allait-elle réagir ? Allait-elle encore croire que tout ceci était de ma faute ? Mon cœur me joue des tours... Il y a si longtemps que je n'avais pas ressenti cette douleur...

Le monde céleste. Il y a des millénaires. Quelle belle époque. Zeus avait vaincu notre père et nous avait tous sauvé. À l'unanimité, il avait été choisi pour être le roi des Dieux et pour nous gouverner ainsi que le monde céleste. J'attendais donc une place de choix à ses côtés mais il n'en fit rien. Il mit ça sur le dos de mon jeune âge et de mon inexpérience... Sur le coup, je dois dire que j'étais un peu déçu mais je comprenais. Et puis après, je me suis dit que c'était pas plus mal, que je suis toujours libre, sans obligation. Je vivais donc pleinement mes années divines. J'allais souvent sur Terre à la rencontre de ceux qui nous priait. Bien que je n'avais pas une place de choix aux côtés de mes frères Zeus et Poséidon, on priait quand même pour moi. J'étais vu comme le Dieu de la gentillesse, de la bonté au cœur pur. Des siècles plus tard, j'étais tombé éperdument amoureux d'une jeune humaine brune aux yeux bleus. Magnifique. Qu'elle était belle... Je l'aimais. Elle m'aimait. Nous nous aimions éperdument, follement. Seulement, il nous était impossible de poursuivre notre idylle à moins que je ne devienne mortel ou qu'elle ne devienne une déesse. Alors, je me suis entretenu avec mon frère. Et, je dois bien avouer que tout ne se passa pas comme je l'avais prévu car Zeus avoua sa faute. Il était également tombé sous le charme de ma dulcinée...

Les Enfers. Présent. Alors forcément, je n'avais pas envie que Perséphone m'échappe à nouveau à cause d'une quelconque divinité soi-disant plus gentille et plus attentionnée. Xibalba est un monstre. Je ne peux peut-être pas le localiser mais je le trouverai. Je le tuerai une bon fois pour toute ! Calme-toi Hadès, pour l'instant récupère Perséphone, après, on s'occupera de ce dieu oublié comme il se doit !

- Peine ! Panique ! Apparaissez !

En un éclair, les deux créatures apparurent devant la belle. Elle allait sûrement les reconnaître. Se souvenir comment ils étaient gentils avec elle quand moi je n'étais que le dieu de la Mort, exécrable et insupportable.

- Perséphone ? Dis quelque-chose... Tu te souviens ?
code by lizzou × gifs by tumblr

________________________________

- I'm a god ! I will live forever ! -
× by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Je sais… vous savez. Nous savons. On est d’accord. J’ai saisi le concept. [Perséphone & Hadès]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Je sais… vous savez. Nous savons. On est d’accord. J’ai saisi le concept. [Perséphone & Hadès]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vous savez jouer à Tetris ???
» suis je trop gentille ?
» Avorterez-vous si vous savez que votre enfant est malformé?
» BILLIE-LOU ϟ ❝ vous savez quoi? j'aime être désirée et surtout harcelée ❞
» Finnick Elhagarden - "Tommy va devenir un grand homme vous savez."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Believe in Magic :: storybrooke :: Tour de l'horloge-